pot de 12 cm

Version sauvage de l’ail, l’ail des ours se multiplie facilement dans les endroits frais et ombragés et peut être naturalisé facilement dans nos jardins où il peuple agréablement un recoin sous des arbres. Quant à ses vertus médicinales et culinaires, elles le prêtent à de nombreuses utilisations au potager. Il s’agit d’ailleurs d’une plante ancienne, qui était déjà utilisée par les Celtes et les Germains, et qui retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse.

L’ail des ours pousse dans les endroits humides et ombragés, voire au bord des ruisseaux, en vastes et denses colonies. On peut l’utiliser en plate-bandes pour égayer un endroit frais dans un jardin naturel, mais il peut aussi être accueilli au potager où son odeur aillée (perceptible même à distance) protégera ses voisins. Ses fleurs blanc pur à 6 pétales regroupées en ombelles et ses feuilles, très ressemblantes à celles du muguet en font un hôte plein de charme, qui se répandra d’autant plus facilement si le sol est humifère comme il l’aime.

Très facile d’entretien, l’ail des ours ne demande que quelques arrosages en cas de sécheresse et un sarclage régulier. Il est de plus assez résistant aux maladies, sauf à la mouche du poireau, contre laquelle on peut le protéger grâce à un voile anti-insectes. Il est par contre sensible au piétinement. Il peut rapidement devenir envahissant, il faut penser à le diviser à l’automne pour le contenir si on ne consomme pas ses bulbes. Il disparaît durant l’été et revient dès le printemps. Il faut attendre un an avant de commencer à récolter bulbes, fleurs ou feuilles, et veiller à laisser quelques pieds pour l’année suivante.
Très rustique, il supporte des températures jusqu’à -20°, mais un paillage au sol peut être nécessaire dans les régions où l’hiver est très froid. On peut récupérer des graines sur ses fleurs pour en faire des semis.

Ail des Ours (Allium ursinum)

5,00 CHFPrix